Nouvelles

Nouvelles

Montréal, le 16 mai 2018 -  Les élèves du 1ère secondaire au Collège de Montréal ont visité le Sanctuaire bahá’í, l’ancienne maison de l’architecte montréalais William Sutherland Maxwell, le mercredi 16 mai. Cette maison, le seul endroit sacré en Amérique du nord, a été béni par le séjour d’Abdu’l-Bahá à Montréal en 1912.

Les 25 élèves ont été accompagné par leur animatrice à la vie spirituelle et l’engagement communautaire au Collège de Montréal. En effet, le collège offre un cours d’éthique et culture religieuse qui permet aux élèves de connaître les grandes religions du monde.  Au cours de l’année, les élèves explorent comment les différentes religions du Québec et d’ailleurs ont influencé nos vies, nos traditions et notre façon de voir la société.

Le Collège de Montréal a une communauté d’élèves très variés provenant de nombreux pays à travers le monde. À travers cet activité, il est souhaitable que les élèves puissent interagir avec des gens de diverses traditions religieuses ce qui permettra un meilleur dialogue entre eux et les gens qu’ils côtoient tous les jours. Ainsi, le collège développe leurs connaissances de même qu’accroître leurs horizons.

Cette année, la quatrième depuis que les élèves du collège visitent le Sanctuaire, nous avons reçu 25 élèves accompagnés par deux professeurs. Lors de la visite qui a duré une heure et demi, un extrait de la vidéo « Lumière du Monde » a été présenté et les informations concernant l’histoire et les principes de la foi bahá’íe ont été partagé avec les élèves. Ils ont reçu des dépliants relatifs au Bicentenaire de la naissance de Bahá’u’lláh ainsi que le répertoire des jours saints et le calendrier bahá’í. Chaque élève devrait remplir un questionnaire concernant son expérience lors de la visite et écrire les principaux sujets qu’il ou elle a appris. Une période a été consacrée aux questions et échanges pour compléter cette tâche.

Les élèves étaient très respectueux lors de la visite de Sanctuaire. Ils ont posé de nombreuses questions concernant les objets décoratives exposés dans les différentes pièces de la maison Maxwell et leurs significations. Ils sont exprimés leur joie d’avoir la possibilité de visiter ce lieu sacré à Montréal.

Cette année, le Collège de Montréal célèbre la 250e année de sa fondation. Il a été fondé en 1767 par le Sulpicien Jean-Baptiste Curatteau de la Blaiserie, le Collège s’installe dans le presbytère agrandi de la paroisse de Saint-François d’Assise de la Longue Pointe, à l’est de l’Île de Montréal, 125 ans après la fondation de cette ville et 100 ans avant la Confédération canadienne.

Cette visite annuelle du Collège de Montréal ne sera pas possible sans l’appui d’une petite équipe d’amis, dédiés au service à la communauté.

Montréal, le 22 avril 2018 - À l’occasion du Brunch de reconnaissance des bénévoles 2018, une délégation de la Communauté bahá’íe laurentienne ainsi que des dizaines d’autre organismes communautaires ont été invités au Centre des loisirs par l’arrondissement de Saint-Laurent. Il faut reconnaître que depuis plusieurs décennies, un nombre d’individus de la communauté sont vivement impliqués dans les activités des organismes de l’arrondissement, tel que le YMCA, COSSEL et la journée internationale de la Paix. 

Lors de la cérémonie de reconnaissance, un diaporama des activités des jeunes et des enfants de la Communauté bahá’íe ainsi que la célébration du bicentenaire a été présenté aux participants sur un écran géant ! Les objectives de nos activités pour améliorer la société et le service à la communauté ont été soulignés dans cette présentation.

 Le Brunch de reconnaissance des bénévoles vise à souligner les nombreuses initiatives réalisées par les organisations communautaires au cours de la dernière année.  

Lors du 26e Brunch des bénévoles, le maire M. Alan DeSousa et les conseillers de l’arrondissement ont rendu hommage à tous ceux et celles qui contribuent à faire de Saint-Laurent une communauté dynamique par leur dévouement et leur engagement au sein de diverses organisations. Le Centre des loisirs a été l'hôte d’au-delà de 300 bénévoles qui représentaient plus de 70 organismes à Saint-Laurent. Le maire, dans son discours de remerciement, a souligné l’importance des travaux communautaire et son influence sur la paix et la tranquillité qui règnent dans cet arrondissement grâce à nos bénévoles. 

L’arrondissement de Saint-Laurent comprend la plus large diversité ethnique à Montréal, quelque 70 variétés, qui dialoguent en une centaine de langues et dialectes. 53% de la population de cet arrondissement est composé des immigrants !  Plus de la moitié des résidents de l’arrondissement peuvent soutenir une conversation à la fois en français et en anglais (59 %). Le français demeure toutefois la langue la plus utilisée à la maison, même si l’anglais et l’arabe sont utilisés au quotidien par un grand nombre de personnes. 

Cet arrondissement compte de nombreux organismes sociocommunautaires œuvrant dans des diverses sphères d’activité : emploi, éducation, logement, sécurité alimentaire, etc.

Le brunch de reconnaissance des bénévoles est un moment privilégié pour se réunir autour d'un repas, pour célébrer les nombreux exploits réalisés au cours de l'année précédente et pour reconnaître tout le travail accompli.

Montréal, le 9 avril 2018 -  L'auditorium du Collège Vanier a été rempli à pleine capacité avec des étudiants, des membres du corps professoral et des membres de la communauté bahá'íe pour écouter le Dr Wahied Wahdat-Hagh, ancien président de la Ligue internationale des droits de l’homme, qui a donné une conférence sur le thème : Discrimination religieuse en Iran, de l'antisémitisme à l'anti-bahaisme à la persécution des nouveaux chrétiens.

Sa présentation a couvert un contexte complet sur la montée de l'Islam et de ses diverses écoles de pensée à travers le Moyen-Orient. La montée du groupe Hojjatieh, qui a également joué un rôle important dans la direction des dirigeants laïques de la révolution de 1979 en Iran, a été fondée en tant qu'organisation spécifiquement anti-bahá'íe. Le Dr. Wahied Wahdat-Hagh a poursuivi son analyse en disant : "La foi bahá'íe était initialement considérée comme un mouvement de réforme quand elle a émergé en Iran en 1844 - et ses idéaux progressistes (tels que l'égalité des droits pour les femmes) restent au centre d’antagonisme de l'Iran contre le monde moderne. L'opposition prématurée à la foi bahá'íe en Iran était si intense que plus de 20 000 adeptes ont été tués au milieu des années 1800. Depuis lors, les bahá'ís ont été utilisés comme boucs émissaires par toutes les parties du spectre politique en Iran chaque fois qu'il était nécessaire de détourner l'attention des échecs politiques dans d'autres domaines. De tels arguments vont loin pour aider à répondre à la question : pourquoi les bahá'ís iraniens sont-ils persécutés avec tant de véhémence par le gouvernement - malgré leur engagement envers la non-violence, leur inébranlable désengagement dans les affaires politiques et leurs efforts de longue date pour promouvoir le développement de leur pays ? "

La présentation a été suivie par de nombreuses questions de l'auditoire sur des sujets tels que la cause du génocide et sa prévention dans la société future, ainsi que l'incorporation de lois religieuses dans la politique auxquelles des réponses satisfaisantes ont été données par l'orateur.

Pour une 26e année consécutive, le Collège Vanier organise un colloque annuel sur l’Holocauste et le génocide, du 9 au 13 avril 2018, intitulé : Responsabilité Civique : Vers le Dialogue.

Ce colloque vise à sensibiliser les jeunes aux problèmes de la discrimination, du racisme et du génocide sous toutes leurs formes afin de leur transmettre des leçons d’histoire et ainsi éviter de répéter les erreurs du passé. Nous retrouvons au programme de la semaine des conférenciers, des ateliers et des témoignages de survivants.

Le conférencier invité, le Dr Wahied Wahdat-Hagh, membre de la communauté bahá'íe de Berlin, est né à Ludwigsburg, en Allemagne. Dans les années 1960, il résidait à Téhéran, avec une interruption d'un an à Hambourg. Il est citoyen allemand et vit en Allemagne depuis 1971. Il est titulaire d'un diplôme en sociologie, avec les matières subsidiaires de psychologie et d'éducation. Il détient un deuxième diplôme en sciences politiques ainsi qu'un doctorat en sciences politiques. Il était membre de Memri et de la Fondation européenne pour la démocratie. Dr. Wahied Wahdat-Hagh est connu pour avoir exposé certaines des violations les plus odieuses des droits de l'homme de l'Iran, en particulier des minorités religieuses. Il est également une voix recherchée pour ses analyses politiques astucieuses sur l'Iran parmi les décideurs européens en particulier les allemands.

Montréal, le 21 avril 2018 - La communauté bahá'íe de Montréal a élu son 96e corps administratif (le premier corps administratif local a été formé en 1922) dans son centre récemment rénové, situé au 177, avenue des Pins Est.

Les membres élus annuellement des organes administratifs locaux et nationaux, appelés assemblées spirituelles, sont élus, comme toutes les élections bahá'íes, par vote à bulletin secret et par vote plural, sans candidatures, nominations ou campagnes. Bahá'u'lláh a enseigné qu'à une époque d'éducation universelle, il n'y avait plus besoin d'une classe spéciale de clergé. Au lieu de cela, il a fourni un cadre pour administrer les affaires de la foi à travers un système de conseils élus aux niveaux local, national et international.

L'élection à Montréal a été suivie par la fête du Festival de Ridván qui commémore l'anniversaire de la déclaration de Bahá'u'lláh en 1863. Les bahá’ís croient qu'il était le Promis de toutes les religions antérieures. Bahá'u'lláh a passé 12 jours dans un jardin à Bagdad en visite avec ses disciples. Il a nommé le jardin Ridván, qui signifie « paradis » ou « bon plaisir » en arabe.

Lors de cet événement historique, le Festival de Ridván, Bahá'u'lláh a proclamé Sa mission et a fait trois annonces : Premièrement, Il a interdit à ses disciples de se battre pour avancer ou défendre la Foi (la guerre religieuse avait été autorisée sous les religions passées) ; Deuxièmement, il a déclaré qu'il n'y aurait pas un autre messager divin pendant au moins 1000 ans ; et troisièmement, il a proclamé que tous les noms de Dieu étaient inhérents à toutes choses à ce moment-là.

Les bahá'ís suspendent leur travail aux jours les plus saints de Ridván : le premier, le neuvième et le douzième. Ceux-ci marquent le jour de l'arrivée de Baha'u'llah dans le jardin, l'arrivée de sa famille et le départ du groupe pour Constantinople.

La plus grande célébration est, en effet, le roi des festivals. « Souvenez-vous, ô peuple, des dons généreux que Dieu répand sur vous. Vous étiez plongés dans le sommeil et voyez : il vous revivifie par les brises de sa révélation et vous fait connaître sa voie évidente et droite ». Bahá’u’lláh

Tout au long de Ridván, les bahá'ís se rassemblent pour des dévotions et assistent à des rassemblements sociaux. À Montréal, les bahá'ís des divers arrondissements de la ville célèbrent les événements avec leurs voisins, groupes de jeunes et enfants.

Cette année, les bahá'ís du monde entier élisent également la 12e Maison universelle de justice, leur corps administratif mondial. Le conseil suprême de la foi bahá'íe est chargé par Bahá'u'lláh dans ses propres écrits d'exercer une influence positive sur le bien-être de l'humanité, de promouvoir l'éducation, la paix et la prospérité mondiale et de sauvegarder l'honneur humain et l’importance d’avoir une croyance dans la vie de l’humanité. Il est chargé d'appliquer les enseignements bahá'ís aux exigences d'une société en constante évolution et de légiférer sur des questions qui ne sont pas explicitement couvertes dans les textes sacrés de la Foi.

Montréal, le 28 mars 2018 – Dans le cadre de la semaine d’action contre le racisme, le bureau Égyptien des Affaires Culturelle à Montréal avait organisé une exposition conférence avec l’artiste invitée Marlène Luce Tremblay.

Le thème de la soirée étant l’Égypte Immuable II, l’exposition de photo-peinture représentait l’influence de ce pays historique sur le patrimoine mondial. Parmi d’une quarantaine d’invités représentants plusieurs organismes culturels de la ville, on pouvait distinguer la présence de l’attaché culturel de la Suisse, l’attaché culturel de l’Égypte, le secrétaire du bureau égyptien à Montréal, les journalistes, les artistes aussi bien que le directeur des médias de la Communauté bahá’íe.

Il est à remarquer que la majorité des invités connaissaient la foi bahá’íe et ses principes ! Nombreuses questions ont été posée sur les activités de la foi à Montréal et dans le monde. Certains étaient même surpris que la foi bahá’íe existait en Terre Sainte avant la formation de l’État d’Israël !

Marlène Luce Tremblay dont les toiles ornaient les murs du bureau Égyptien des Affaires Culturelle à Montréal, est une artiste peintre et photographe qui réside à Hudson, Québec. Grâce à son œuvre et suite à de nombreux voyages au Moyen-Orient, elle offre une « archéologie » du monde arabe aux spectateurs. Cette démarche artistique a été entreprise en explorant l’Égypte et présenter des expositions tant au Canada qu’en Égypte dans le cadre de 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

L’Égypte Immuable II, l’exposition ouverte au public du 1er au 30 avril, au bureau des Affaires Culturelle de l’Égypte au 1, Place Ville-Marie.

Lancée pour la première fois en mars 2000, la Semaine d’actions contre le racisme (SACR) s’inscrit dans le cadre des événements annuels visant à souligner la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale célébrée le 21 mars.

Réalisée en complément à toutes les actions quotidiennes d’éducation, au regard notamment des méfaits du racisme et de la discrimination, la Semaine d’actions contre le racisme constitue un moment privilégié de réflexion, d’échange, de sensibilisation aux valeurs démocratiques de notre société ainsi qu’à l’importance des rapprochements et contacts interculturels.

Sur la photo, on se trouve avec l’attaché culturel d’Égypte, coordonnateur du festival Vues d’Afrique, consul général d’Égypte à Montréal, Consul général de Suisse, directeur des médias de Montréal, un cinéaste égyptien, Marlène Luce Tremblay avec un exemplaire de ses œuvres sur le mur en arrière ainsi que les représentants d’autres organismes culturels è Montréal.

S5 Box