Nouvelles

Nouvelles

Montréal, le 9 novembre 2018 - Les communautés bahá’íes de divers arrondissements de Montréal ont célébré les anniversaires du Báb et de Bahá’u’lláh, les deux manifestations jumelles de Dieu pour notre époque. L’anniversaire du Báb, cette année, correspondait au 9 novembre 1819 et celui de Baha’ullah le 10 novembre 1817.

La communauté bahá'íe de Baie-d'Urfé a célébré cette occasion en montrant le vidéo-documentaire récemment réalisé « The Gate ».Avant le film, le MC a brièvement introduit le réalisateur, un « nouveau bahá'í », et les difficultés qu’il a rencontrées pour réaliser ce film sans pouvoir montrer le « personnage principal » dans ce vidéo. Après avoir visionné le vidéo, une période de questions et réponses a été suivie de rafraîchissements et de conversations informelles. Le consensus unanime des quelque 25 participants - dont beaucoup étaient des amis de la Foi - était que le vidéo était très touchant, instructif et bien fait.

Dans l'arrondissement de NDG, une foule d'amis a assisté à la célébration qui s'est déroulée au centre communautaire. Il y avait quelques présentations d'individus et de groupes d'âges variés, offertes en anglais et en français. Les représentations comprenaient l'histoire du Báb en tant qu'enfant, des chansons de jeunes, un discours de deux jeunes sur leurs expériences dans les classes des enfants et leurs propres activités dans le programme des activités des jeunes. Une table de bricolage pour les enfants était le centre d’attraction pour tout le monde, ainsi qu'un étalage de mets de différentes cultures. La musique et la danse ont mis fin à une soirée mémorable.

Dans l'arrondissement de Saint-Laurent, quelque 25 membres de la communauté et leurs amis se sont réunis pour visionner le nouveau vidéo-documentaire sur la vie du Báb, intitulé « The Gate ».Après la projection, une période de questions et de réponses sur la vie du héraut de la foi, le Báb, a été suivie. Des prières en français et en anglais ont été chantées par l'infatigable famille Sabih-Vidal, toujours prête à aider la Communauté par son art et sa musique.

Une présentation de la nourriture de différentes cultures était un délice pour les yeux ! La présentation n’a pas reste pas longtemps sur la table ! Tout le monde a énormément apprécié les plats avec joie et rire.

Une brève histoire de la vie du Báb –Le Báb qui signifie « La Porte » est né à Shiráz, dans le sud de l’Iran, en 1819. Elevé par son oncle en tant que marchand, le Báb était connu pour sa douceur, sa compassion et son honnêteté scrupuleuse. En Perse à cette époque, alors que cela se produisait simultanément dans le monde entier, les érudits religieux étaient devenus convaincus que toutes les promesses des révélations du passé avaient été accomplies. Ils étaient convaincus que l'année 1260 du calendrier musulman (1844), qui figure également en bonne place dans la prophétie biblique, serait témoin de l'arrivée de l'avènement du jour promis.

Le soir du 23 mai 1844, le même jour que le message : "Qu'est-ce que Dieu a fait ?" immortalisé comme premier message télégraphique de l’histoire, le Báb a déclaré sa Mission comme était le héraut de la foi bahá’íe.

C'est durant les premiers jours de son ministère que le Báb et Bahá'u'lláh, le messager de Dieu pour aujourd'hui, qui n’ont pu jamais se rencontrer, ont pris conscience du rôle de chacun. À ce moment-là, Bahá'u'lláh devint un défenseur éminent de la cause du Báb. Finalement, le Báb fut incarcéré dans une forteresse lointaine, où il continua à révéler les lettres et les traités qui constitueraient les Écritures de sa foi. Enfin, par les intrigues du clergé, le Báb fut exécuté le 9 juillet 1850 à Tabriz.

Au cours des décennies suivantes, les restes sacrés du Báb furent secrètement transportés en plusieurs étapes jusqu'en Terre Sainte. En 1909, peu avant sa visite historique en Occident, 'Abdu'l-Bahá, fils de Bahá'u'lláh, les a mis au repos dans un sanctuaire qu'il avait construit sur le mont Carmel. Ce sanctuaire, qui a été enfermé plus tard sous un dôme doré et entouré d'une arcade en marbre, est l'élément le plus important sur les pentes du Mont Carmel dans la ville de Haïfa, en Israël.

Une brève histoire de la vie de Baha'u'llah -Né à Téhéran (Iran) le 12 novembre 1817, Mirzá Husayn-'Alí (intitulé Baha'u'llah - la Gloire de Dieu) jouit de tous les avantages conférés par noble naissance. Dès son plus jeune âge, il a fait preuve d'une connaissance et d'une sagesse extraordinaires. Avec son acceptation de la religion du Báb, la vie a définitivement changé pour le jeune noble et sa famille. Bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés en personne, à partir du moment où Mirza Husayn-‘Alí eut entendu parler du message du Báb, il déclara sa croyance sincère en celui-ci et déploya toute son énergie et son influence pour le promouvoir. Après quatre mois de souffrances et d’emprisonnement à la prison de Téhéran, Bahá’u’lláh, maintenant malade et complètement épuisé, a été relâché et exilé à jamais de son Iran natal. Lui et sa famille ont été envoyés à Bagdad où il composa trois de ses œuvres les plus célèbres : les Paroles cachées, les Sept vallées et le Livre de la Certitude (Kitáb-i-Íqán). Alors que les Écrits de Bahá’u’lláh faisaient allusion à Sa Mission, le moment n’était pas encore venu pour une annonce publique.

Alors que la renommée de Bahá'u’lláh se répandait, l’envie et la malice de certains membres du clergé étaient ravivées. Des représentations ont été faites auprès du Shah d’Iran pour demander au sultan Ottoman d’envoyer Baha’u’llah au plus loin de la frontière iranienne. Trois mois après son départ de Bagdad, Bahá’u’lláh et ses compagnons exilés ont atteint Constantinople. Ils y restèrent quatre mois à peine avant d'être bannis de nouveau à Edirne (Andrinople), un périple exténuant entrepris pendant les hivers les plus froids. À Andrinople, leur logement était inadéquat contre une température glaciale.

À partir de septembre 1867, Bahá’u’lláh écrivit une série de lettres aux dirigeants religieux aussi bien que les dirigeants de diverses nations. Dans ces Écrits prophétiques, il a ouvertement proclamé son rang, parlant de l'aube d'un nouvel âge.

L’agitation constante des adversaires de Bahá’u’lláh a poussé le gouvernement ottoman à Le bannir une dernière fois à sa plus abominable lieu carcérale. Arrivé dans la ville pénitentiaire méditerranéenne d’Akká le 31 août 1868, Bahá’u’lláh passera le reste de sa vie dans la ville fortifiée et ses environs. Baha'u'llah décéda le 29 mai 1892.

Dans son testament, il désigna 'Abdu'l-Bahá comme successeur et chef de la foi bahá'íe – c’est pour la première fois dans l'histoire que le fondateur d'une religion mondiale a nommé son successeur dans un texte irréfutable écrit. Ce choix d’un successeur est une disposition centrale de ce que l’on appelle « l’Alliance de Bahá’u’lláh », qui permet à la communauté bahá'íe de rester unis pour toujours.

Montréal, le 12 octobre 2018 - Des membres de la communauté bahá’íe ont assisté à une exposition et à un atelier de trois jours consacrés à la vie et aux services de la reine Marie de Roumanie au Centre communautaire de Côte-des-neiges. En présence du consul général de Roumanie, de l'ambassadeur de la République de Moldavie, de l'ambassadeur du Canada en Roumanie et des conseillers municipaux, l'exposition a été officiellement ouverte au public. Des écrivains, des professeurs d’université, des cinéastes et des poètes ont amplement parlé de l’influence de la reine Marie dans l’histoire populaire de la Roumanie. L’un des conférenciers a fait une belle présentation sur la spiritualité de la reine Marie. Suite à sa propre recherche dans de nombreux domaines liés à la spiritualité, la reine a adhéré à la foi bahá’íe, a souligné le conférencier. Elle-même et sa fille ont accepté la Foi en 1922 suite à une amitié qui a duré presque deux décennies avec l'infatigable enseignante de la Foi et journaliste de profession, Martha Root. Plusieurs personnes présentes dans l’audience ont posé des questions sur l’implication de la Reine dans les activités bahá’íes et ont reçu des réponses adéquates de la part du conférencier, lui-même un professeur de l’histoire.

L’exposition photographique portait principalement sur l’amour de la reine pour la beauté ainsi que les 34 livres et de petites histoires qu’elle avait publiés de son vivant, en roumain et en anglais. Reflétée de manière exquise dans les photographies et les récits écrits qui les accompagnaient, la reine Marie était principalement connue pour son talent à faire de l'équitation, la peinture, la sculpture, la danse et la littérature, ainsi que pour sa beauté.

Cette exposition a été parrainée par le ministère roumain de la Culture à l'occasion de la célébration du centenaire de la Grande Union roumaine avec l'Europe, le 1erdécembre 1918.

La reine Marie, comme l’a mentionné l’un des conférenciers, était une personne profondément spirituelle. Elle était une petite-fille de la reine Victoria d'Angleterre qui reçut deux tablettes de Bahá'u'lláh entre les années 1867 et 1870. Dans la série d'adresses proclamées aux rois et aux souverains de la terre, Bahá'u'lláh annonça sa mission. En tant que fondateur de la foi bahá'íe, Il a appelé les dirigeants politiques et ecclésiastiques du monde à abolir l'injustice, à mettre fin à l'esclavage et à l'oppression, à déposer les armes et à se réunir pour établir une paix durable.

Le 29 janvier 1926, Martha Root, contre l'avis du ministre américain résidant à Bucarest en Roumanie, envoya une lettre à la reine Marie accompagnée de la photo de 'Abdu'l-Bahá et d'une copie du livre « Bahá'u'lláh et l’ère nouvelle ». Le lendemain, elle a rencontré la reine au palais Controceni, juste à l'extérieur de Bucarest. La nuit précédant l'entrevue, la reine lisait le livre que lui avait envoyé Martha jusqu'à 3 heures du matin. Au cours de l’entretien, la reine tenait dans ses mains la photo d’Abdu’l-Bahá alors qu’elle posait des questions sur la Foi. L’amitié entre Martha Root et la reine dura jusqu’à la mort de cette dernière en 1938.

La reine était une écrivaine douée et ses articles étaient distribués dans plus de 200 journaux aux États-Unis et au Canada. Elle y fait ses premières déclarations publiques sur la foi bahá'íe, invitant les lecteurs à examiner les enseignements qui nourrissent l’amour, l’unité et la paix. La première de ces déclarations a été publiée en mai 1926 et d'autres ont été publiées peu après. Un grand nombre de ces déclarations ont été traduites et publiées en Chine, au Japon, en Australasie et dans d'autres parties du monde.

L'un des premiers articles a été publié dans le Toronto Daily Stardu 4 mai 1926, dont une partie se lit comme suit :

« Une dame(Martha Root)m'a apporté un Livre l'autre jour. Je l’épelle avec une majuscule parce que c’est un Livre glorieux d’amour et de bonté, de force et de beauté.

Elle me L'a donné parce qu'elle avait appris que j'étais dans la peine et la tristesse et qu’elle voulait m’aider…. Elle Le mit entre mes mains en disant : « Vous semblez être à la hauteur de ses enseignements. » Et quand j'ai ouvert le Livre, j'ai vu que c'était la parole de 'Abdu'l-Bahá, prophète de l'amour et de la bonté, et de son père, le grand maître de la bonne volonté et de la compréhension internationales - d'une religion qui relie toutes les croyances.

… C'est un message merveilleux que Bahá'u'lláh et son fils 'Abdu'l-Bahá nous ont donné. Ils ne l'ont pas mise en place de manière agressive, sachant que le germe de la vérité éternelle qui est à la base ne peut que prendre racine et se répandre.

Il n’y a qu’une grande vérité : l’amour, source de toute énergie, tolérance les uns envers les autres, désir de se comprendre, de se connaître, de s’entraider, de se pardonner.

… Je vous le recommande à tous. Si jamais le nom de Bahá'u'lláh ou de 'Abdu'l-Bahá vient à votre attention, faite confiance à leurs écrits. Cherchez leurs livres et laissez leurs mots et leurs leçons glorieuses, porteuses de paix et créatrices d'amour, prendre racine dans votre cœur comme c’était fait dans le mien. »

Il y a une note jointe de Marth Root sur l'une des lettres de la reine qui lui était adressée que Sa Majesté a passé une commande importante pour les livres bahá'ís de la maison d'édition Burnsides Ltd. et quelques jours plus tard, sa fille, âgée de 16 ans la princesse Ileana avait également envoyé une grosse commande de livres!

Inutile de dire que le résultat du contact de Martha avec la reine Marie de Roumanie, de l'adhésion à la Foi par sa fille et elle-même et l'hommage public rendu par un monarque régnant étaient un baume pour l'âme des bahá'ís du monde entier qui luttaient pour être entendus , dont les martyrs meurent encore pour porter le message de Bahá'u'lláh à l'attention du public. Ils étaient une source de joie sans égal pour le cœur du Gardien de la foi bahá'íe, Shoghi-Effenfi, travaillant sous les tribulations continues du gardiennât et cherchant à faire reconnaître la foi en tant qu’une religion mondiale. Dans l’histoire bahá'íe, la reine Marie de Roumanie est considérée comme la première souveraine à accepter la cause de Bahá’u’lláh !

Montréal, le 5 octobre 2018 - Plusieurs amis et chercheurs sur le sujet ont assisté à la dernière des séries de cinq conférences sur l'Islam, au Centre bahá'í de Montréal, qui a été rénové récemment. Cette quatrième série de conférences a été organisée à la mémoire de Raymond Flournoy, qui a passé plus de quarante ans à enseigner et à étudier la foi bahá’íe chez lui, à Montréal. Beaucoup ont accepté la Foi en assistant à ses coins du feu hebdomadaires, certains sans même connaître l’anglais ! (Les présentations se faisaient toujours en anglais !)

Comme le dit le professeur Todd Lawson à maintes reprises, ces conférences sur l’Islam ont pour objectif d’éveiller la conscience du grand public que la véritable image de l’Islam n’est pas celle que nous voyons dans les médias du XXIe siècle. Animé par les écrits de la foi baha’ie sur l’Islam, Todd a préparé ces cours avec le plus grand soin et les a mis généreusement à la disposition des participants.

C'était l'histoire de Muhammad, un véritable héros spirituel mondial, le moins connu en dehors de sa propre communauté ! Au cours de ces conférences, les grandes lignes de la vie remarquable de Muhammad et le profil de son héroïsme ont été discutés et soutenus par son Livre révélé et sacré, le Coran et les Écrits bahá’ís. Les principales réalisations de son travail, sa connaissance et son humanité exceptionnelle ont été portées à notre attention. Il est remarquable de noter le volume d'écrits, de poèmes et de pièces de théâtre composées au cours des siècles, qui élucident, célèbrent et glorifient ce simple homme d'Arabie qui a introduit une civilisation mondiale unique à l'humanité. Les arts et les sciences, la poésie et l'art dramatique, la musique et l'opéra - ont tous épanouit sous la bannière du prophète d'Arabie - presque inconnue dans le monde occidental.

Il semble qu'Abdu'l-Bahá ait été le premier visiteur oriental à avoir introduit l'Islam en Occident au cours de ses trois années de visite sur les deux continents, l'Europe et l'Amérique du Nord, en 1912. Il a parlé dans de nombreuses églises, synagogues, groupes et réunions de la vérité de l'Islam. Il est encourageant de constater que nous pouvons maintenant apprécier grandement cet être unique, Muhammad, sa mission, ses souffrances, sa compassion et son héritage à travers les écrits des fondateurs de la foi bahá'íe.

Bahá’u’lláh dans son livre « Les joyaux des mystères divins » parle de Muhammad en ces termes :

« Sache-le ! Lorsque Muhammad, Point du Coran et Lumière du Tout-Glorieux, vint avec des preuves évidentes et des versets clairs, manifestes dans des signes dépassant ce que peut produire tout ce qui existe, il enjoignit aux hommes de suivre le large et noble chemin conforme aux préceptes qui lui venaient de Dieu. Celui qui l’a reconnu a reconnu les signes de Dieu dans le tréfonds de son être, il a vu la beauté immuable de Dieu dans sa beauté, il a été jugé digne de la « résurrection », de la « recréation », de la « vie » et du « paradis ». Car celui qui a cru en Dieu et en les Manifestations de sa beauté est ressuscité du tombeau de l’insouciance, recréé dans le sol sacré du cœur, réveillé à la vie de la foi et de la certitude, et admis au paradis de la présence divine. Quel paradis peut être plus noble que cela, quelle recréation plus puissante et quelle résurrection plus grande ? En vérité, si une âme devait sonder ces mystères, elle saisirait ce qu’aucune autre n’a pénétré. »

Le site bahaimontreal.orgest heureux d'annoncer l'ajout d'une nouvelle page sur ce site consacré aux Écrits des figures centrales de la foi baha'ie concernant Muhammad, messager de Dieu et objet de vénération de millions de personnes à travers le monde !

Todd Lawson, professeur émérite de pensée islamique à l’Université de Toronto, travaille dans le domaine des études islamiques depuis plus de quarante ans et a publié de nombreux ouvrages et articles sur les études coraniques et des sujets connexes. Il est également un conférencier enthousiaste sur le sujet susmentionné et a beaucoup voyagé en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient. Son nouveau livre sur le Coran, publié par Oneworld Academic2017, a reçu des critiques enthousiastes de la part d’un grand nombre de spécialistes dans ce domaine.

Montréal, le 6 octobre 2018 - Famille et amis se sont réunis au Centre bahá’í de Montréal pour célébrer la vie d’un être humain dévoué, décédé le 7 septembre 2018 à Téhéran. Le Dr Esmail Ghadirian était l’un des fondateurs de l’Institut supérieur d’enseignement supérieur bahá'íe (BIHE), un scientifique qui a consacré sa vie au service de l’humanité.

Esmail Ghadirian est né en 1927 dans une famille bahá’íe de sept enfants, à Sangsar, dans la province du Semnan, dans le nord de l’Iran. Bouleversant pour sa mère, ses premiers frères jumeaux sont décédés très jeune à cause de la variole. Esmail avait également trois frères plus jeunes (Abdu’l-Missagh, Parviz et Esfandiar) et une sœur plus âgée, Ziba Khánum. Leur mère, qui était elle-même enseignante, a veillé à ce que les enfants reçoivent une éducation parfaite. À une époque où les institutions d’apprentissage étaient rares en Iran, cette femme remarquable a créé sa propre école pour filles, tant pour les bahá’ís que pour les musulmans. Les quatre frères ont obtenu leur doctorat et étaient tous (et sont toujours) des croyants dévoués et actifs.

Le Dr Esmail Ghadirian a d'abord étudié à l'Université de Téhéran, où il a obtenu un doctorat. Médecine vétérinaire en 1954. Neuf ans plus tard, il obtint une maîtrise en microbiologie et immunologie de l’Institut Pasteur, puis un doctorat de la Faculté des sciences de la Sorbonne, en France, en 1968. Le Dr Ghadirian a enseigné à l'Université de Téhéran, est devenu professeur émérite et s'est spécialisé dans la recherche en paludologie. Son domaine de recherche ne concernait non seulement le sud de l'Iran, mais également les Balkans et les territoires de l'ex-Yougoslavie, de la Macédoine, de la Grèce et de la France. Il a été admis comme collaborateur expert auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'éradication du paludisme, un fléau mondial. Il a passé de nombreuses années au sein des populations tribales perses vivant dans des zones rurales reculées, s’occupant des pauvres touchés par le paludisme. Le Dr Ghadirian et sa famille ont vécu à Montréal de 1974 à 1976. Pendant cette période il a été impliqué dans la recherche scientifique au département de microbiologie et de parasitologie de la faculté de médecine de l'Université McGill. Au cours de cette période, son épouse, Fereshteh, a également obtenu une maîtrise en microbiologie. Leur retour en Iran coïncidant avec la révolution islamique, le Dr Ghadirian fut renvoyé de son emploi à l’Université de Téhéran en raison de sa conviction religieuse dans la foi bahá’íe. Comme d’autres professeurs bahá’ís, il a refusé de nier sa Foi. Il a été arrêté et envoyé à la prison d'Evin, où il a eu les yeux bandés, interrogé, insulté et humilié dans le but de briser sa détermination à rester bahá'í. Enfin, il a été libéré de prison à condition de rembourser ses 27 années de salaire qu’il a reçu pour ses travaux d'enseignement et de recherche à l'université. Malgré toutes les cruautés qu'il a endurées, le Dr Ghadirian est resté en Iran. Enfin, en 1985, son épouse et lui-même ont reçu une offre d’emplois dans un laboratoire de haute technologie appartenant à l'un de ses anciens étudiants musulmans. Il est resté dans cet emploi jusqu'à sa retraite en 2011.

Au cours de cette période difficile pour les bahá'ís en Iran et avant la création officielle de BIHE, M. Ghadirian a siégé au conseil d'administration composé de cinq membres accrédités par l'Université d'Indiana. Le Conseil a créé un département d’enseignement à distance en collaboration avec cette université afin de permettre aux étudiants bahá'ís privés d’études universitaires en Iran de poursuivre leur formation dans leur domaine d’études. Après la fondation de BIHE en 1987, le Dr Ghadirian a été membre du conseil des sciences médicales de cette institution. Au cours des dernières années, il a siégé au conseil d'administration et a enseigné divers cours de microbiologie et d'immunologie pendant près de trois décennies. Fereshteh et lui ont organisé nombreux de ces cours dans leur salon à Téhéran afin de fournir aux étudiants une éducation de qualité supérieure pour l’avancement de leur carrière.

Beaucoup d’anciens étudiants du Dr Ghadirian travaillent maintenant dans le domaine de la microbiologie ou dans des domaines connexes en Iran ou à l’étranger. Dans une lettre adressée au Dr Abdu'l-Missagh Ghadirian après le décès de son frère, Esmail, l'une de ses anciennes étudiantes, actuellement professeure associée dans une université américaine (Dr. Mina Yazdani), a exprimé sa profonde gratitude au Dr Esmail Ghadirian et quatre autres professeurs qui lui ont aidé d’atteindre son objectif ultime de continuer ses études à l’Université d’Indiana. En tant qu'étudiantes du Dr Ghadirian, deux d'entre elles résidante actuellement à Montréal (Tolou Golkar et Mona Hashemi) ont parlé avec émotion lors de la commémoration ; une réminiscence de sa gentillesse, son humilité et son dévouement. Lors de ses funérailles à Téhéran, nombre de ses anciens étudiants, musulmans et bahá'ís, ont rendu hommage à son caractère distingué, à son savoir et à sa précieuse contribution à leur vie et à celle de la société en général. Leur amour pour lui était si grand qu'ils ont insisté pour porter son cercueil à son lieu de repos.

Dans une lettre datée du 20 septembre 2018, écrite au nom de la Maison universelle de justice au sujet du décès de M. Esmail Ghadirian, il est souligné : « Soyez assuré des supplications de la Maison de Justice au seuil sacré pour le progrès de son âme à travers les mondes de Dieu. Des prières seront également offertes aux membres de sa famille et à leurs proches afin qu'ils puissent trouver réconfort et force en cette période de deuil. »

Montréal, le 20 septembre 2018 – « Répandons le bonheur ; encourageons la coexistence ; semons les graines de l’entraide ! »

Devant une audience de 150 personnes, ces paroles ont été prononcées par une jeune fille d’origine iranienne dont les concitoyens ont été la cause de divers conflits à travers le Moyen-Orient ! Cette jeune fille âgée de 19 ans, est profondément impliquée dans le travail de bénévolat et le service à l’humanité à Montréal. Ainsi, le monde se transforme d’une manière constructive, un cœur à la fois ! Elle était ravie de voir les bahá’ís impliqués au sein des activités communautaires et a manifesté le désir de participer dans les projets d’apprentissage dans la communauté !  

Depuis 1981, l’année de la déclaration de la Journée internationale de la Paix, la communauté bahá’íe de Montréal en association avec la municipalité de Saint-Laurent célèbre cette journée au Parc Beaudet, baptisé le Parc de la Paix. La célébration a eu lieu à midi en présence du maire suppléant de Saint-Laurent, Monsieur Francesco Miele, les conseillers municipaux, la responsable des affaires communautaires de la communauté bahá’íe, la police municipale, les représentes du Club Lions, les élèves de plusieurs écoles du quartier ainsi qu’une centaine des citoyens de cet arrondissement.

Dans son allocution, le maire suppléant de l’arrondissement a souligné le travail continu de la communauté bahá’íe pour l’établissement de la paix mondiale ainsi que le travail de nombreux bénévoles de l’arrondissement. Dans son allocution, la responsable des affaires communautaires de la communauté bahá’íe de Montréal, Gigi Vidal, a souligné la collaboration soutenue de l’arrondissement en ce qui concerne l’établissement de l’harmonie entre les habitants depuis plusieurs décennies. L’arrondissement de Saint-Laurent est composé de 174 ethnies, un exemple parfait de l’unité dans la diversité à travers le Québec.

Plusieurs espaces étaient réservés pour les citoyens, enfants ou adultes, afin de s’exprimer par des dessins ou d’écritures, leurs idées en vue d’améliorer nos relations harmonieuses avec nos voisinages et la manière que nous pouvons mettre en pratique le service d’entraide parmi nous-même ! Les élèves de quelques écoles d’arrondissement ont participé dans cet exercice fort intéressant !  L’animation musicale était assurée par Besungu Gustaff, l’homme-orchestre, avec les chants et le rythme de son Djembé !

Le 6 septembre 1912, la Gazettede Montréal avait publié un article suite à un discours que ‘Abdu’l-Bahá avait prononcé le soir précédent dans l’église unitarienne de Saint-James par rapport à la paix mondiale : ‘Abdu’l-Bahá parla également du besoin impérieux d'éducation, et de la folie destructrice des conflits raciaux et patriotiques. Comme lors de ses autres interventions, il se montra extrêmement inquiet devant la course aux armements dans laquelle étaient alors engagées toutes les nations européennes et qui atteignait un niveau inconnu jusqu’alors. À l'époque, personne ne soupçonnait que cette situation allait s’aggraver et donner naissance à la Grande Guerre, une catastrophe qui, nous le savons aujourd’hui, aura coûté la vie à 9 000 000 de personnes parmi les pays en guerre, et provoqué de terribles souffrances dans le monde entier.

Plus tard, dans la dernière causerie qu’il livra à bord du S.S. Cédric pour rentrer en Orient, il déclara : « … Dieu a créé les hommes pour qu’ils s’aiment les uns les autres mais, plutôt, ils s'entretuent cruellement et font couler le sang. Dieu les a créés pour qu'ils coopèrent et se fréquentent dans l’harmonie ; au lieu de cela, ils ravagent, pillent et détruisent au milieu de combats sanglants. Dieu les a créés pour qu’ils s’apportent félicité et paix ; au lieu de cela, discorde, gémissements et angoisse jaillissent des cœurs des innocents et des affligés. »

Après une minute de silence et pensée pour la paix, 125 boules de gâteaux a été offert aux participants à l’occasion de 125eannée de la fondation de l’arrondissement de Saint-Laurent.

 Sur les Photos : -Quelque 150 citoyens d'arrondissement de Saint-Laurentse sont rassemblés pour célébrer la journée internationale de la Paix au Pac Beaudet.

-Les représentants des associations communautaires, le maire suppléant, le Club Lions et la responsable des Affaires communautaire de la communauté.

-Dessins faits par les participants pour exprimer la signification de la Paix et les 125 boules de gâteaux pour célébrer le 125e année de la fondation de l'arrondissement de Saint-Laurent

S5 Box