Nouvelles

Nouvelles


Montréal, le 29 juillet, 2018 – Un groupe des jeunes de la communauté de Waterloo, Ontario, sont arrivés à Montréal pour une visite de trois jours consacrés aux lieux historiques associés à la visite d’Abdu’l-Bahá lors de Son séjour dans cette ville en 1912.

Ils ont été reçus cordialement à la réception du Sanctuaire et, après avoir parcouru l’historique de l’endroit et sa signification pour les bahá’ís, ils ont continué leur visite au Sanctuaire même ; l’ancienne demeure de l’architecte montréalais Sutherland Maxwell. ‘Abdu’l-Bahá, le fils et successeur de Bahá’u’lláh, Prophète-fondateur de la foi bahá’íe est arrivé à Montréal le 30 août 1912 pour une visite initiale de cinq jours. Force de circonstance ; après avoir prononcé un discours à l’église méthodiste de Saint James le 5 septembre, Il a attrapé un rhum ce qui a obligé à retarder son départ, peut-être un désagrément pour le Maître, mais une bénédiction pour Montréal.

Durant cette période, il ne se rendit que chez les Maxwell. Cependant, même son état n'arrêta pas ceux qui voulaient lui rendre visite à l’hôtel Windsor. Néanmoins, comme son itinéraire initial avait déjà été annoncé dans les journaux, la fréquence des visites diminua quelque peu, certains le croyant déjà parti. Malgré son état de santé, Il est allé chez les Maxwell plus tard ce jour-là. Il faisait plus frais, mais le beau temps se prolongeait.

May Maxwell raconta plus tard à sa fille que ‘Abdu’l-Bahá avait dit, lors de son séjour dans cette maison : « Ici, c’est chez moi. » Elle décrivait son invité comme quelqu’un de « serein et calme », mais pendant les neuf jours qu’il passa à Montréal, ‘Abdu’l-Bahá semble en fait avoir constamment donné des causeries, des entrevues, reçu des invités ou rendu visite aux personnes qu'il estimait prêtes à entendre son message.

Le groupe des jeunes ont continué leur visite d’abord à Cathédral Marie-Reine-du Monde et ensuite à l’hôtel Windsor où ‘Abdu’l-Bahá et son entourage avaient séjourné pendant six jours. Cet hôtel majestueux de l’époque sur l’avenue Peel a été ravagé par le feu en 1957 et la partie de la structure où probablement avait habité ‘Abdu’l-Bahá, a été détruite. Aujourd’hui, la tour de CIBC remplace la structure ancienne de l’hôtel mais l’annexe existe toujours sous la forme architecturale telle qu’était au temps d’Abdu’l-Bahá.

À noter que le Mâitre séjourna à l'hôtel en même temps que le Premier ministre canadien, Sir Robert Borden, qui rentrait d'un voyage fructueux en Grande-Bretagne. L’an 1912 marquait presque un siècle de paix entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. À la suite d’un défilé long d’environ deux kilomètres, avec feux d'artifice et fanfares, le premier ministre s'installa à l'hôtel Windsor. Rien n’indique que ‘Abdu’l-Bahá l’ait rencontré, ni accidentellement ni lors de la somptueuse réception organisée à l'hôtel pour le Premier ministre, mais il est remarquable que ces deux personnages aient séjourné au même hôtel à l'époque.

La visite des jeunes a été terminé vers 17 h et ils sont allés continuer la journée avec les amis de NDG au pique-nique du parc Kent.

Montréal, le 10 juillet 2018 – La communauté bahá’íe de l’île de Montréal a été présente lors d’une commémoration solennelle au centre bahá’í sur l’avenue des Pins Est. Les enfants, les jeunes, les adultes, les musiciens de grand talent, même la nature sous la forme des belles roses qui décoraient la salle ; ensemble, ont commémoré cet événement tragique de l’histoire de l’humanité qui a eu lieu le 10 juillet 1850, dans une caserne militaire à Tabriz, une ville au nord-ouest de l’Iran.

Un jeune homme de 30 ans, descendant directe attendaient sincèrement cette période miraculeuse de l’histoire l’ont accepté sans aucune hésitation. Un nombre étonnant d’au-delà de 400, les plus érudits dans le pays ; non seulement accepté son Message mais, presque tous, ont donné leurs vies pour sa Cause.

Ce jeune homme portait le nom du Báb (1819 – 1850), la Porte de la connaissance de de Dieu, un Saint Jean Baptiste de la Chrétienté, le Qá’im de l’Islam, le Héraut de la foi bahá’íe et un Messager divin !

Lors de Son emprisonnement dans la forteresse de Mah-Ku, au nord-ouest de l’Iran, un seul Européen a eu une rencontre avec le Báb. Il était un médecin anglais résidant à Tabríz, le docteur Cormick qui fut convoqué par les autorités persanes pour se prononcer sur Son état mental. 

« … Il ne daigna répondre qu'à moi, écrit le docteur Cormick, lorsque je dis que je n'étais pas musulman et que je souhaitais apprendre quelque chose de sa religion, car je serais peut-être enclin à l'adopter. Il me considéra très intensément quand je dis cela, et répondit qu'il n'avait aucun doute sur le fait que les Européens se convertiraient tous à sa religion. Notre rapport au shah, à ce moment-là, fut de nature à épargner sa vie. …

C'était un homme très doux et d'aspect délicat, plutôt petit de taille, les cheveux très clairs pour un Persan, s'exprimant d'une voix douce et mélodieuse qui me frappa beaucoup. Etant siyyid, il était vêtu des habits de cette secte, comme ses deux compagnons. En fait, sa physionomie et son comportement influençaient beaucoup en sa faveur.

De sa doctrine je n'entendis rien de sa bouche, bien que l'idée se fît jour qu'il existait dans sa religion un certain rapprochement avec le christianisme. Des menuisiers arméniens, envoyés dans la prison pour y faire des réparations, le virent lire la Bible sans prendre le soin de s'en cacher mais, au contraire, en la leur lisant. Il est tout à fait certain que le fanatisme musulman vis-à-vis des chrétiens, n'existe pas dans sa religion, ni les restrictions pour les femmes telles qu'elles existent actuellement. »

Le Báb et l'un de ses disciples furent suspendus par des cordes contre le mur d'une caserne militaire, et un régiment de sept cent cinquante soldats arméniens chrétiens fut amené pour former le peloton d'exécution. Le colonel du régiment, un certain Sám Khán, répugnait à exécuter l'ordre reçu qui, craignait-il, attirerait sur sa tête les foudres de Dieu. On raconte que le Báb lui donna l'assurance suivante : « Suivez les instructions qui vous ont été données, et si votre intention est sincère, le Tout-Puissant vous délivrera certainement de vos craintes. »

De nombreux témoins oculaires ont attesté de ce qui suit : Le régiment fut mis en place et sept cent cinquante coups de fusil partirent. La fumée produite par ces armes, qui se chargeaient par la bouche, obscurcit la place. Lorsqu'elle se dissipa, les spectateurs incrédules aperçurent le compagnon du Báb debout, indemne, devant le mur ; le Báb avait disparu ! Les cordes auxquelles étaient suspendus les deux hommes avaient été sectionnées par les balles. Une recherche frénétique s'ensuivit et l'on retrouva le Báb, indemne lui aussi, dans la pièce qu'il avait occupée la nuit précédente. Il donnait calmement ses dernières instructions à son secrétaire.

La foule était dans tous ses états, et le régiment arménien refusa de participer encore à cette exécution. Le colonel du régiment se vit menacé par la réelle possibilité que la foule, d'humeur changeante et qui avait tout d'abord acclamé puis dénoncé le Báb, ne vît dans la délivrance de ce dernier un signe de Dieu et ne se levât pour le soutenir. Un régiment de musulmans fut formé à la hâte, le Báb et son compagnon suspendus une nouvelle fois le long du mur, et une seconde salve fut tirée sur eux. Cette fois les corps des deux prisonniers furent criblés de balles.

Les circonstances extraordinaires qui entourèrent la mort du Báb suscitèrent une nouvelle vague d'intérêt pour son message. L'histoire se répandit comme une traînée de poudre, non seulement parmi les Persans, mais aussi parmi les diplomates, les négociants, les conseillers militaires et les journalistes qui constituaient une communauté européenne conséquente en Perse à cette époque. Les paroles d'un diplomate consulaire français, A.L.M. Nicolas, donnent une idée de l'impact que ce drame eut en Perse sur des Occidentaux cultivés :

« C'est l'un des plus magnifiques exemples de courage qu'il ait été donné à l'humanité de contempler, et c'est aussi une preuve admirable de l'amour que notre héros portait à ses concitoyens. Il s'est sacrifié pour l’humanité ; pour elle il a donné son corps et son âme ; pour elle il a subi les privations, les affronts, les injures, la torture et le martyre. Il a scellé de son sang le pacte de la fraternité universelle et, comme Jésus, il a payé de sa vie l'annonce du règne de la concorde, de l'équité et de l'amour du prochain. »

Montréal, le 24 mai, 2018 - Le message de l'unité de l'humanité, proclamé par Bahá'u'lláh, a été présenté dans une synagogue remplie de plusieurs centaines de membres de la communauté juive, des invités, des membres du Parlement canadien et des ministres du gouvernement.

L'occasion était la célébration de la 70e année d'existence de l'État d'Israël et les services que cette nation a rendus à la communauté mondiale. The Public Affairs of Montreal et Norman Simon's Canadians for Coexistence en collaboration avec Congrégation Shomrim Laboker, ont présenté une soirée publique célébrant la civilisation d'Israël. Les participants et présentateurs comprenaient des diplomates, des représentants élus de tous les ordres de gouvernement, des journalistes, des activistes sociaux, des hommes d'affaires et des leaders culturels et religieux. C'était une réunion de la meilleure et la plus brillante des discours de cœur à propos de cette nation. Parmi les intervenants il y avait :
-       Consul général d'Israël David Levy
-       Consul des É.U. Robert Dhalke
-       Le consul général roumain Ioana Costache
-       Le député. David Kilgour, CP, ancien secrétaire d'Etat pour l'Europe centrale et le Moyen-Orient
-       Le député. Maxime Bernier, CP, député, ancien ministre des Affaires étrangères
-       Le député. Kathleen Weil, députée, ministre responsable des relations avec les Québécois anglophones
-       Leo Housakos, ancien Président du Sénat
-       Le député. Gerry Weiner, CP, ancien ministre de l'Immigration
-       David Birnbaum, député et adjoint parlementaire du premier ministre Couillard
-       Marvin Rotrand, doyen du conseil municipal de Montréal
-       Mary Deros, membre du conseil municipal et ancien maire adjoint de Montréal

Les deux membres des Affaires extérieures de la communauté bahá'íe de Montréal ont présenté la relation historique de la foi avec Israël en commençant par la célèbre citation de Bahá'u'lláh adressée au professeur Edward Granville Brown de l'université de Cambridge en avril 1890 :
« ... Que toutes les nations deviennent une dans la foi et que tous les hommes soient frères ; que les liens d'affection et d'unité entre les enfants des hommes soient fortifiés ; que la diversité des religions cesse et que les différences de races soient annulées…quel mal y a-t-il à cela ? Cela sera, malgré tout ; Ces luttes, ces massacres et ces discordes doivent cesser et tous les hommes former une seule famille... Que l'homme ne se glorifie pas d'aimer son pays ; mais qu'il se glorifie plutôt d'aimer le genre humain... »

Il a été mentionné que Bahá'u'lláh a été expulsé vers la Terre Sainte par « des bannissements successifs, culminant son exil à la colonie pénitentiaire turque d'Acre en Israël, sa mort subséquente, et enterrement dans son voisinage ..." – ainsi la foi bahá'íe se rejoint au judaïsme, au christianisme et à l'islam qui, pendant des siècles, ont reconnu la Terre Sainte comme sacrée.

En 1891, Baha'u'llah a désigné le Mont Carmel comme lieu du siège mondial de Sa Foi. Il a également ordonné que les restes du Báb, le Héraut de la Foi et un Prophète de son propre chef, soient enterrés sur le Mont Carmel.

En 1892, Bahá'u'lláh est décédé dans un manoir à la périphérie d'Akka et a été enterré à proximité, son sanctuaire devenant ainsi le lieu le plus saint de la terre pour les bahá'ís.

En 1953, la superstructure en marbre blanc et à dôme doré a été érigée sur le mausolée du Báb, complétant le sanctuaire qui est le deuxième lieu le plus sacré pour les bahá'ís.

Au fil des années, les bahá'ís ont construit une série de jardins, englobant d'autres monuments sacrés, ainsi que d'autres bâtiments administratifs dans la région de Haïfa / Akka. Tous sont entièrement financés par des contributions de la communauté mondiale bahá'íe.

Deux ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le mandat britannique arrivait à son terme et les Nations Unies nouvellement créées, ont nommé un comité spécial sur la Palestine pour examiner l'avenir de ce pays. En réponse à une demande du président du comité concernant l'intérêt religieux des bahá'ís, certaines caractéristiques uniques de la position de la Foi en Terre Sainte ont été portées à leur attention.

C'est dans le sol de cette terre « que sont enterrées les trois figures centrales de notre religion », en référence à Bahá'u'lláh, le Báb, et au fils de Bahá'u'lláh, ‘Abdu'l-Bahá. La Terre Sainte « n'est pas seulement le centre des pèlerinages bahá'ís du monde entier, mais aussi le siège permanent de son ordre administratif ».

Le sujet controversé du futur statut politique de la Terre Sainte a été abordé comme suit : « Notre but est l'établissement de la paix universelle dans ce monde et notre désir de voir la justice prévaloir dans tous les domaines de la société humaine, y compris le domaine politique.

Comme beaucoup d'adeptes de notre foi sont d'origine juive et musulmane, nous n'avons aucun préjugé envers l'un ou l'autre de ces groupes et sommes très désireux de les réconcilier pour leur bénéfice mutuel et pour le bien du pays.».

Les bahá'ís sont reconnaissants que le gouvernement d'Israël ait reconnu et sauvegardé en permanence l'indépendance de la foi, son droit de gérer ses affaires internationales dans cette région, et le droit des bahá'ís de tous les pays de s'y rendre en tant que pèlerins.

« Il faut se rappeler que le seul notable oriental de toute position qui n'ait pas fui la Palestine avant la guerre d'Indépendance était Shoghi Effendi, le Guardian de la foi bahá'íe en 1948. Ce fait n'a pas échappé aux autorités de la nouvel Etat [d'Israël] ».

« L'un des premiers actes du mouvement d'indépendance juive, alors que la guerre mondiale se poursuivait, consistait à placer un avis sur le Sanctuaire de Bahá'u'lláh – un lieu beaucoup plus isolé que les sanctuaires de Haïfa - en déclarant que c'était un Lieu saint, assurant ainsi qu'il serait traité avec respect par tous les Juifs. »

Le Centre mondial bahá'í, avec quelque 700 volontaires du monde entier, est un symbole de l'unité de l'humanité et fournit un exemple de la façon dont des personnes de nationalités et de religions différentes peuvent se rassembler en harmonie et travailler pour la paix et la prospérité du monde.

La ville de Haïfa et le gouvernement d'Israël ont accueilli honorablement la présence bahá'íe et l'embellissement du Mont Carmel. L'ancien maire de Haïfa, Amram Mitzna, a écrit que les Jardins et les Terrasses achevés pour le Sanctuaire du Báb offrent un « panorama inoubliable » pour « l’appréciation de tous les amoureux de la beauté. »

Plusieurs intervenants, dont le consul général israélien David Levy, ont remémoré la présence des bahá'ís en Terre Sainte et ont reconnu leur contribution à la paix et à l'harmonie en Israël.

Lors de la réception qui a suivi, Norman Simon l'organisateur principal de l'événement, a reçu une trousse d'information sur la foi bahá'íe. De nombreux représentants interconfessionnels ont accueilli les bahá'ís chaleureusement et les ont invités à leurs futurs événements.

Montréal, le 6 juillet, 2018 - « Le Plan divin » était le sujet d’un atelier présenté chez les frères de la Mission de Consolata par un ami de la communauté bahá’íe montréalaise. Depuis une décennie, ce groupe des frères, font une série d’étude pour se familiariser avec d’autres groupe religieux à travers la ville de Montréal et cet atelier était la suite de cette exploration. La première rencontre avec un membre de ce groupe a eu lieu lors de Salon du livre de Montréal en novembre 2002 et nous avons cultivé une relation d’amitié entre nous depuis cette date.

Lors de cette présentation d’une demi-journée les points de vue des scientifiques, des sociologues aussi bien que les perspectives bahá’ís ont été examiné. Les participants étaient agréablement surpris que le Plan divin « s'oppose aux opinions chimériques, aux doctrines impuissantes, aux théories crues, aux imaginations oisives et aux conceptions à la mode, d'un âge transitoire et troublé. »*

Historien et professeur titulaire au Département d'histoire de l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari insiste que la capacité d’un être humain lui donne la possibilité de « devenir dieu. » ! En même temps, il se pose la question : « Y a-t-il rien de plus dangereux que des dieux insatisfaits et irresponsables qui ne savent pas ce qu’ils veulent ? »

Par contre, les Écrits bahá’ís prouvent « … que le monde de l'existence a le plus grand besoin d'un éducateur, et que son éducation ne peut être réalisée que par le pouvoir divin.  Il n'y a pas de doute que ce pouvoir divin soit la révélation ; et que l’éducation des peuples doive se faire par ce pouvoir qui est supérieur aux forces humaines. »* 

Le concept de la connaissance de Dieu tel que suggéré par Albert Einstein - « Définissez-moi d'abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois. » a été examiné. Le groupe a eu la conclusion que la citation de Bahá’u’lláh, « Dieu, l’Essence inconnaissable, l’Être divin, est immensément exalté au-dessus de tout attribut humain »* est la meilleure des définitions suggérées !

Étant donné que la définition d’un plan est « Suite ordonnée d'opérations prévue pour atteindre un but », nous avons conclu que le Plan divin doit forcément avoir un but. Bahá’u’lláh dit : « Le dessein de Dieu en créant l’homme a été et sera toujours de le rendre capable de connaître son Créateur et d’accéder à Sa présence. Tous les livres sacrés, les écritures divinement révélées et de grande valeur attestent ce but excellent, cet objectif suprême. »* 

« Que [l’être humain] soit séduit, fasciné et attiré par la bonté de Dieu ; qu'il soit comme le papillon amoureux de la lumière, dans quelque verre qu'elle brille ; qu'il soit comme le rossignol séduit par la rose, quel que soit le jardin où elle pousse. »*

Les frères présents étaient unanimes que le « Plan divin » est un processus perpétuel qui change d’âge en âge d’après le besoin du temps. Que seul les messagers divins ont la capacité et le pouvoir de mener les êtres humains à ce but unificateur de l’unité et la paix. Que ce processus est continuel, progressif, évolutif et en accord avec le besoin de l’époque où nous vivons. 

L’Institut des Missionnaires de la Consolata a été fondé à Turin en 1901 par le l’Abbé Joseph Allamano avec un objectif essentiellement missionnaire. Pour lui, l’évangélisation incluait la promotion des personnes et des sociétés. Cette communauté religieuse catholique regroupe environ 1 000 frères, 1 000 sœurs et une centaine des collaborateurs laïques qui sont activement impliqués dans les microprojets socio-économiques surtout dans les pays en voie de développent. 

Sur la photo : les moto-ambulanciers de l’hôpital Notre Dame de la Consolata de Neisu en République démocratique du Congo. Les équipements et les médicaments sont les contributions des organismes canadiens.

*Source : les Écrits bahá’ís  

Montréal, le 24 mai 2018 - Quelque 150 amis et membres de la communauté de Montréal se sont assemblées au Centre bahá’í pour célébrer l’anniversaire de la mission du Báb, le Héraut de la foi. Cet événement qui a eu lieu dans une modeste maison à Shiráz il y a 174 ans, indique le commencement de l’Ère bahá’íe ou l’Ère nouvelle. Des prières spéciales accompagnées de musique et de textes historiques concernant les événements de la déclaration du Báb ont été présenté par les amis bahá'ís du Cœur de l’Est de Montréal avec l'aide des enfants et des jeunes de la communauté.

 L’ère bahá’íe commence le 23 mai 1844, le jour où, dans la ville de Shiraz, en Iran, le Báb a déclaré sa mission. À cette occasion, il a prononcé les paroles suivantes à Mulla Husayn, la première personne à reconnaître cette mission : « Ô toi qui es le premier à croire en moi ! En vérité je le dis, je suis le Báb, la Porte de Dieu, et tu es le Bábu’l-Báb, la porte de cette Porte. [...] Cette nuit, [...] cette même heure sera, dans les temps à venir, célébrée comme l’une des fêtes les plus grandes et les plus significatives. »

Nous pouvons mieux comprendre la signification de ce jour saint bahá’í, qui a été appelé « une des fêtes les plus grandes et les plus significatives », si nous songeons aux grands changements qui sont survenus dans le monde depuis cette époque. Les bahá’ís croient que le Báb et Bahá’u’lláh ont libéré une énergie créatrice qui transforme tous les aspects de la vie de la famille humaine.

Bahá’u’lláh a écrit : « Une vie nouvelle anime en cet âge tous les peuples de la terre, mais personne n’en a découvert la cause ni perçu la raison. » Cette nouvelle vie se manifeste dans des choses comme l’explosion de connaissances, les mesures qui reflètent une conscience croissance de l’unicité de la famille humaine, l’établissement des Nations unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme, des projets mondiaux visant à améliorer l’agriculture, l’hygiène et les soins de la santé, les efforts faits pour améliorer les normes et les lois internationales et la reconnaissance du besoin de promouvoir le statut de la femme et des filles.

Les débuts sont toujours spéciaux, qu’il s’agisse d’un mariage, d’une naissance ou de l’apparition d’une invention ou d’un nouveau processus. Combien plus spéciale encore peut-être cet anniversaire, celui de la déclaration du Báb, puisqu’il marque le moment de la naissance d’une nouvelle religion et d’une nouvelle collectivité ? La communauté bahá’íe, qui compte environ cinq millions de membres, est présente pratiquement partout dans le monde. Les bahá’ís travaillent étroitement avec d’autres communautés, sympathisants, partenaires et collaborateurs pour réaliser les promesses du Báb et de Bahá’u’lláh que l’humanité vivra un jour dans la paix et la prospérité.

S5 Box